Ma colère n’a d’égale que ma souffrance

Ce monde,

Dans lequel j’ai déposé mes tout petits,

Mes enfants, la chair de ma chair, la blondeur de leurs cheveux d’anges, le sourire de leurs yeux clairs.

Ce monde qui dévore aujourd’hui toute idée d’une vie bonne, plus juste, plus partagée.

Ce monde que je hais et que j’aime à la fois,

Ce monde se transformant en du Tolkien,

Seconde après seconde….

 

 

 

 


Autres articles

Répondre

Vanessafaminere |
Adelineaguirre |
Vanessabavenigge |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Larchitecturededemain
| Architech26120
| Architecturednpa